Home DEUIL périnatal Cette envie de bébé, l’enfant d’après #Deuil périnatal

Cette envie de bébé, l’enfant d’après #Deuil périnatal

by Loumatmae

Après toutes ces épreuves qui vous transportent dans un tourbillon imprévu en si peu de temps, il reste en nous ce vide terrible et cette envie de bébé interrompue brutalement. Cette grossesse qui se finit dans la tristessepuis l’annonce de ce deuil à faire à ses aînés, le manque nous prend aux tripes.

 

Aller accoucher en maternité pour en ressortir les bras vides, le ventre vide, le cœur si lourd. Mais un cœur qui lui n’est pas vide d’amour à donner encore.

 

Avoir une envie de bébé à nouveau 

 

C’est un cœur en attente d’offrir à nouveau. Un réservoir d’amour qui n’a pas pu être transmis à son nouveau-né. Cette frustration de tout cet amour, gardé là, que l’on ne peut pas laisser s’exprimer ! Un amour inconditionnel qui nous ronge. Des cris de douleur que l’on étouffe par un sourire.

C’est une souffrance supplémentaire car cette envie de bébé est toujours là.

On vient de perdre un enfant dans la douleur de son âme, de vivre une terrible épreuve. Notre peine ne nous quitte pas, elle est immense et pourtant … cette envie de bébé est réelle.

On ne peut pas l’expliquer, on ne peut que la vivre.

Nous étions dans l’attente d’un enfant, mais cet enfant là ne sera pas. Alors ce nouveau bout de nous, nous le désirons toujours autant, avec la même intensité.

Comment pouvoir l’expliquer et le faire comprendre autour de nous ?

Il y a le deuil de ce bébé Ange à faire mais aussi ce besoin, au plus profond de nous, de vouloir à nouveau un enfant. Une demande du cœur, pour obtenir ce que l’on nous a volé : un bébé vivant ! Mais pas tous ne  sont capables de comprendre cette envie de bébé.

 

Puis il y a cet enfant d’après

 

Alors commence en nous ce cheminement, de recommencer sans attendre les essais bébés. D’avoir envie que cela vienne vite, très vite. Chaque mois, l’arrivée des règles sera une nouvelle douleur : « Non je ne suis toujours pas enceinte, il n’y aura pas de bébé. »

Puis, ce jour arrive enfin. Le test de grossesse est positif.

A ce moment là, on navigue entre une joie immense et la peur que tout recommence. Je vais enfin avoir ce bébé que j’attendais tant. Mais j’ai peur que de nouveau la vie ne me le reprenne.

On sait au fond de soi qu’on ne peut pas l’éviter, on ne pourra rien y faire.

Et pourtant, on aura droit à des réflexions de notre entourage, assez étonné par notre démarche. Parce que les gens ne comprennent pas et se permettent bien trop souvent de nous juger :

  • « Déjà enceinte ? »
  • « C’est pas un peu trop tôt ? »
  • « Ben ils ont pas attendu pour remettre ça ! »
  • « Mais ça ne fait que 4 mois quand même ! »
  • « Vous êtes sur de ce que vous faites ? »

 

Si vous saviez comme vos mots sont blessants !

 

Posez-vous bien la question de votre ignorance avant de nous juger. Vous n’avez pas conscience de tout ce que nous venons d’endurer. Vos paroles sont telles des coups de poignards dans un cœur déjà meurtri qui ne demande qu’à guérir.

Alors il faut essayer de se préserver, de revêtir une carapace. Mais aussi de prendre le temps de l’annoncer, et essayer d’écarter toutes nos peurs. Trouver les mots pour exprimer cette envie de bébé à nouveau et sans attendre. La tâche est difficile. Les angoisses nous rattrapent.

Puis, on essaye de profiter de cette nouvelle grossesse, mais c’est tellement si différent parce que une mam’ange est une maman différente,  un pap’ange est un papa différent.

Ils ont côtoyé la mort d’un être cher de si près, que ces parents ont changé. Leur cœur est triste, meurtri, angoissé. Ils ont juste besoin de soutien et d’être soutenu dans leurs choix.

Pourtant, il faut la vivre cette nouvelle grossesse car c’est un bébé « espoir » qui est attendu !

Ce bébé du renouveau, ce bébé « médicament » mais pas un bébé de remplacement, malgré ce que certains pensent !

Un nouveau bébé qui pourra recevoir tout l’amour emmagasiné en nous, tout ce temps de l’attente. Ce bébé qui aura un goût particulier. Un bébé que l’on va très certainement couver un peu plus, mais comment faire autrement ? Et alors, ce n’est que de l’amour en plus, rien de bien méchant.

 

Une nouvelle grossesse pour une nouvelle naissance

 

Puis arrive enfin ce jour tant attendu, où les angoisses grandissent.

Bébé va naître.

Que va-t-il se passer ? Est-ce que tout ira bien ? Tant de chemin parcouru en une année, tant d’épreuves.

J’ai décidé que je ne voulais pas de péridurale, je veux tout ressentir, je veux pouvoir accompagner mon bébé vers la vie …

Tout s’est passé si vite !

On revisualise toute cette grossesse.  Les nombreuses échographies, les examens supplémentaires pour nous rassurer. Tous ces événements tournent en boucle dans notre tête.

Et, tout se précipite !

Puis il y aura 5 heures de travail dans l’eau chaude de cette baignoire. J’y suis bien. Je ressens tout et je l’accompagne. Dans cette salle « Nature », je me sens détendue.

18h25, la poche des eaux se rompt … elle arrive dans les 5 minutes qui suivent !

 

Elle est enfin là !

Dans mes bras !

Elle est née si vite !

Elle pleure, et pleure encore …

 

Regardes maman, je suis là ! Je crie ! Je me fais entendre !

 

Elle a dû pleurer 15 minutes sans cesse, ce jour là, celui de sa naissance, comme pour repousser les mauvais jours ! J‘étais déstabilisée de ne pas pouvoir la calmer. Certainement un besoin d’évacuer elle aussi tout ce qu’elle a pu ressentir à travers moi : mes craintes, mes angoisses de cette grossesse d’après. Une grossesse difficile qui s’achève dans les larmes … du bonheur !

 

Maé, notre bébé arc-en-ciel, est née le 15 Octobre 2012,

1 an et 16 jours après l’envol de notre petit Ange Agathe.

 

envie de bébé maé bébé arc en ciel après le deuil perinatal

 

Non, on n’oublie rien !

Non, on ne t’oubliera pas mon Ange !

 

On apprend juste à vivre avec ce manqueTa petite sœur nous aide à avancer sur le chemin de la guérison mais pas de l’oubli. Elle a ainsi ramené l’équilibre qu’il nous manquait. De la lumière et du soleil dans mes journées et dans mon cœur.

 

9 comments

Vous aimerez découvrir aussi

9 comments

Anne 15 octobre 2014 - 15 h 15 min

Bon anniversaire à ta jolie Maé !!! Elle est magnifique

Reply
Stéphanie 15 octobre 2014 - 15 h 39 min

Bonjour,

J’ai malheureusement moi aussi connu la perte d’un bébé le 29 août 2013. Je ne sais toujours pas ce qu’il s’est véritablement passé, un placenta praevia, un retard de croissance et en pleine hospitalisation un monitoring de contrôle qui me plongera à jamais dans la tristesse : madame il y a un problème avec votre bébé »… Ces mots resteront gravés en moi à jamais, tout a basculé et pas un jour se passe sans que je pense à mon fils, qui aurait du naître à peine 3 semaines après…
Aujourd’hui, un an passé après, je suis prête à « recommencer ». Nous sommes en essais depuis un mois et demi, je me sens plus sereine aujourd’hui qui si j’avais décidé d’être enceinte plus tôt.
Mais la même question revient toujours : Vais-je aller à terme de cette future grossesse ? Comment être sereine et ne pas transmettre toute cette peur à mon bébé ? Il parait que la foudre ne frappe pas 2 fois au même endroit, mais si ce calvaire se reproduit, comment pourrais-je le revivre ? Et comment l’annoncer une nouvelle fois à ma fille ? (à l’époque elle avait 2ans et demi et n’en a pas souffert) Et surtout, à l’annonce de la grossesse à la famille, vais-je devoir en plus de mes angoisses faire face aux leurs? (j’ai refusé de parler de la mort de mon bébé à qui que ce soit)
Comment as tu gérer ta peur? Bien que je désire profondément cet enfant, je ne sais toujours pas comment gérer le côté émotionnel une fois enceinte….

Reply
Loumatmae 3 juillet 2015 - 15 h 03 min

Bonjour Stéphanie, ma réponse est que tu ne pourras pas être sereine c’est certain mais tu seras courageuse !!! La plus courageuse des mamans car toi maintenant tu sais que tout n’est pas tout beau tout rose lorsque l’on attend un bébé.
Même si ça fait mal, tu es préparé à l’inattendu qui fait si mal, mais tu sauras te donner la force de l’affronter.
J’espère que tu portes de nouveau la vie en toi et que ce bébé t’apportera un peu de douceur dans ton quotidien comme Maé le fait pour moi.
C’est la seule de mes enfants a qui je dis chaque jour que je l’aime, même lorsqu’elle dort.
Non pas pour faire une différence, mais parce que c’est au plus profond de moi un besoin de lui dire merci d’être là et de me donner tant d’amour chaque jour.
Elle est le cadeau que la vie m’a fait après m’avoir détruite 🙁

Reply
Meenah 15 octobre 2014 - 21 h 23 min

Joyeux anniversaire à Maé, quel beau bébé, quel bonheur ♥

Reply
Mems 15 octobre 2014 - 21 h 23 min

Bon anniversaire encore Moufflette super bébé! (Bah quoi a deux ans c’est toujours un bébé) ❤️❤️❤️

Reply
zia tao 15 octobre 2014 - 21 h 24 min

Bichette…:'(
Moi lou-ann a pleuré non stop pdt 3moi…jusqu’a ce que je lui dise de dormir en paix…j’avait une peur panique de la mort subite du nourrisson…elle me disait juste « tu vois maman n’ai pas peur…je suis vivante »…
De tout coeur avec toi
Tes enfants sont magnifiques…

Reply
stef 15 octobre 2014 - 23 h 16 min

Ma louloutte quel texte…….si emouvant si triste et a la fois pleins d amour et de courage et un ptit tresor au bout qui est bien entoure d un amour enorme a qui je souhaite encore un bon anniversaire.

Reply
blandinericard 20 octobre 2014 - 5 h 58 min

Ton article est si beau ♥ ♥ ♥

Reply
Amelie Pavard 21 octobre 2014 - 14 h 15 min

Je n’ai pas vécu ça mais je te comprends tout à fait… un très bel article… Le petit ange Agathe peut être fière de ses parents… <3

Reply

N'hésitez pas à me laisser un petit mot ? Que pensez-vous de cet article ?

error: Ce contenu est protégé, copie interdite
%d blogueurs aiment cette page :