Home Notre quotidien Premiers pas à l’école : entre joie et violence !

Premiers pas à l’école : entre joie et violence !

by Loumatmae

La première rentrée en maternelle est une étape

qui n’est pas toujours évidente à vivre pour nos tous petits.

Ils vont faire leurs premiers pas à l’école.

 

On leur répète depuis des mois qu’ils vont bien s’amuser,

que l’école, c’est génial, qu’ils vont se faire pleins de copains,

qu’ils vont apprendre pleins de choses.

 

Mais il ne faut pas oublier :

qu’ils n’ont pas tous connu la séparation avec papa et maman,

qu’ils ne sont pas tous déjà allé en collectivité,

qu’ils n’ont pas encore découvert le monde sans leurs parents.

 

Certains seront heureux, c’est un grand jour, ils ont hâte !

D’autres beaucoup moins, et même parfois ils sont en souffrance.

Et c’est le cas de Mouflette qui découvre la petite section de maternelle.

 

Les premiers pas à l’école 

 

L’école

 

Ce lieu inconnu, immense et bruyant !

Il y a des jeux, mais ce n’est pas comme au parc.

Il y a de nouvelles règles, différentes de celles de la maison,

des tours de jeux pour emprunter les vélos …

 

La classe

 

Des enfants qui pleurent comme elle.

Des enfants qui rigolent, qui la bousculent.

Des jouets mais des murs vides, il n’y a pas encore de dessins.

Des regards de travers, des vols de jouets …

 

Pleins de nouvelles choses, de nouvelles têtes

 

Des adultes qu’elle ne connait pas et qui changent chaque jour.

Oui cette année, elle aura 2 maîtresses et une nouvelle ATSEM chaque trimestre !

 

La séparation

 

Devoir quitter papa ou maman, et les laisser partir sans moi.

Devoir rester seul au milieu d’un tas d’inconnus.

Ne pas pouvoir garder son doudou pour y trouver du réconfort.

Devoir grandir d’un seul coup !

 

Et leur demander de ne pas pleurer ?!

 

On appelle ça « l’adaptation »,

une étape que je trouve d’une grande violence pour de si jeunes enfants.

On les force à rester et on leur impose un tas de contraintes.

Ils ne comprennent pas vraiment ce qu’il leur arrive.

Au bout de quelques jours, ils comprennent qu’ils vont revenir souvent.

Ils doivent trouver « ce jeu » pas drôle du tout.

L’histoire va se répéter chaque jour, et on leur demande de gérer leur peine.

 

Parfois, l’enfant est arraché de force des bras de son parent !

On nous dira que c’est pour leur bien car ils doivent s’y faire.

Quel horreur pour eux 🙁 Quelle violente séparation !

 

Ne me dites pas :

 

« Elle va s’y faire ! »

« C’est ta faute, tu n’as pas envie de la lâcher »

« Ton enfant est une chochotte »

« Ne vous inquiétez pas, ça va aller »

 

Leur dire que c’est un lieu où on apprend plein de choses

parce qu’on n’est plus un bébé,

un lieu où on se fait des copains et des copines,

un lieu où il va rencontrer pleins de gens …

 

Ici cela n’a pas fonctionné car elle vit mal cette séparation.

Même si il commence à y avoir du mieux.

 

Je vois bien son angoisse, lorsque l’on approche désormais du portail d’entrée.

Les larmes qui commencent à couler avant même la séparation.

Je sais qu’elle et moi sommes fusionnelles !

Je sais qu’elle vit mal les séparations depuis que j’ai repris le travail.

J’ai si mal de la voir si triste et je ne sais pas comment l’aider.

Il y aura un énorme câlin obligatoire au moment de nos retrouvailles.

 

Les premiers pas à l’école ne sont pas toujours joyeux !

Les premiers pas à l’école sont une étape de plus à franchir !

Les premiers pas à l’école la font grandir trop vite !

 

premiers pas à l'école

 

Et vous, comment vos enfants ont-ils vécu cette étape ?

***

Bises <3

 

8 comments

Vous aimerez découvrir aussi

8 comments

Gladys B. 4 septembre 2015 - 18 h 09 min

Bonjour,
Je ne sais point si ce que je vais dire est rassurant ou non. Je me rappel pour la première rentrée de mon grand.
il était super content, pourtant des le premier jour une fois le moment de le laisser seul dans la classe, il pleurait. Pas un petit peu, mais durant tout le temps passé à l’école.
C’était dur à comprendre, au bout de deux jours avec l’accord de la maîtresse il n’a été en classe que le matin, jusqu’au vacances de la Toussaint. Puis après, je n’ai pas eu le droit de participer aux activités de l’école (sortie, lecture, …) jusqu’à Noël. Un déchirement pour une maman qui a été fusionnelle avec son petit gars, je savais que c’était pour son bien.
Il s’est adapté à son rythme et maintenant il vient d’entrer en CM1, adore l’école et trouve même les vacances trop longues par moment.
Courage à vous.

Reply
Loumatmae 4 septembre 2015 - 19 h 48 min

Merci Gladys, Maé n’ira à l’école que le matin. Je pense aussi que mes craintes sont aussi en rapport avec mon fils pour qui l’école a toujours été difficile. Il déteste ça et en petite section il piquait des colères. Je ne réalise qu’aujourd’hui qu’il a du vivre ces séparations avec une grande violence et je souffre de voir Maé être triste à son tour. Et forcément, j’en culpabilise aussi 🙁

Reply
Sophie walther 4 septembre 2015 - 18 h 29 min

Coucou! Je crois que toi et ton mari vous travaillez tous les deux. Qui gardait Mouflette?

Reply
Loumatmae 4 septembre 2015 - 19 h 50 min

On bosse tous les deux mais en décalé ! Moi je travaille la semaine, et lui les VSD doncil y en a toujours un à la maison pour les enfants. Donc elle n’a pas été gardé ou très peu mais par sa marraine qui est nounou. Mais comme on allait manger là-bas, tous les vendredis midi, elle était habitué à la voir et à côtoyer les enfants qu’elle gardait.

Reply
4gnomesabord 4 septembre 2015 - 18 h 35 min

Matteo avait eu beaucoup de mal à me lâcher lors de sa 1er année
Je me rappel que après 3 jours je le donnais à la maîtresse après un gros câlin et me sauvait vite sinon on ne s’en sortait pas
C’était compliquer mais très vite quand ils ont commencer les ateliers il ne voulait plus en partir

Loanne noah et kiara eux me disait part dès le 1er jours
C’est sur que c’est plus facile mais honnêtement c’est aussi plus déchirant et frustrant

Courage ma louloute
Faut du temps c’est dur
On doit aussi admette que nos enfant grandissent
Ça fait beaucoup dans nos coeur de mamans
Mais après tu verras. .. les cahiers et dessins sont une fierté ^^ (enfin tu le sais déjà hein ;’) )

Reply
Loumatmae 4 septembre 2015 - 19 h 53 min

Oui je sais qu’elle y sera bien mais c’est dur de ne pas pouvoir accompagner sa peine. De la voir triste car elle ne pique pas de colère. On sent bien que c’est de la tristesse et je crois que c’est le pire pour moi. Elle se sent abandonné et c’est dur à vivre pour moi, plus qu’avec les 2 autres car Matisse piquait des colères et Louane partait faire sa vie sans problème.

Reply
Mam Plume 5 septembre 2015 - 19 h 00 min

Ma grande a pleuré l’année dernière. Jusqu’à ce jour, aucun souci de séparation, elle arrivait chez la nourrice et ne calculait plus. Puis il y a eu la nouvelle nourrice, l’école, moi enceinte… Et pour la première fois il y a eu des pleurs. J’ai géré en la rassurant et en partant vite… Mais je savais qu’elle était heureuse où je la laissais, car le soir elle ne voulait plus partir. C’est horrible à dire, mais professionnellement parlant j’ai enfin pu voir ce que devais ressentir lorsque les parents partaient en laissant leurs enfants pleurer.
En tant que maîtresse, on essaye de faire au mieux et ce n’est pas toujours facile, ni juste. Il y a des enfants qui pleurent juste le moment où le parent part et plus le parent reste et plus la séparation est difficile. Alors oui, quelque part on les arrache à leur parent… mais pour ma part toujours à la demande du parent et pas de gaieté de coeur. En général 2, 3 minutes après ça va déjà mieux et l’enfant est heureux de jouer, voir des copains.
Il y a des enfants qui ont besoin d’un gros câlin, qu’on s’occupe d’eux, qu’on le distrait.
Il y a celui qui a juste besoin d’être seul avec son chagrin, qu’on lui fiche la paix tant qu’il ne s’est pas ressaisit.
Et il y a les enfants inconsolables (personnellement je n’en ai pas vraiment eu… chance? Où peut-être que j’arrive à les rassurer). Ces enfants sont généralement ceux que tu gardes à la main, petite main que tu presses de temps en temps lors de la récré pour leur dire que tu comprends leur peine. Ceux qui ont besoin du doudou et tant pis s’il reste à côté pendant quelques jours, semaines.
J’espère qu’elle va trouver sa place et n’hésite pas à mettre des petites choses en place. Un petit coeur dans sa boîte de goûter ou dans sa poche. Un mot doux illustré, bien lui expliquer les étapes de sa journée: d’abord l’accueil, ensuite des ateliers, etc et après je viens te chercher…
Je te souhaite bon courage aussi, parce que ce n’est vraiment pas facile ♥

Reply
Carine P 7 septembre 2015 - 13 h 14 min

Coucou
J’espère que ça n’a pas été trop dur pour ta puce aujourd’hui, jamais facile après le WE où ils ont enfin retrouver leurs habitudes de repartir de nouveau pour l’école.
Pour Petit K après un « je veux pas aller à l’école » a fini par se dire que ça irait. Pas de pleurs aujourd’hui, même si je vois bien que dans ses yeux comme dans ceux de Mini J d’ailleurs (elle est en MS) il reste quand même une partie d’inquiétude. Ils semblent tous les 2 être contents de faire les activités de l’école.
L’an passé ma Mini J aimait beaucoup l’école, sa maîtresse son Atsem, mais la séparation était terrible pour elle, encore plus terrible peut-être que pour un enfant qui déteste l’école. Elle avait du mal à gérer ses sentiments contraires, celui qui lui disait qu’il ne fallait pas qu’elle me laisse, et celui qui lui disait qu’elle allait s’amuser et que c’était top l’école. Elle est sortie plus d’une fois en disant « C’était trop trop bien l’école mais je ne veux plus jamais y aller!! ».
Ma 2eme n’a jamais eu aucun soucis pour aller à l’école, mais bon c’était l’école où je travaillais et sa sœur était dans sa classe, ça aide.
Pour ma 1ere, qui est entrée en TPS, aucun soucis à la rentrée, elle m’a fait après une crise de je ne veux plus rien manger, mais c’est passé en 15 jours et sans doute pas de rapporte avec l’école. Par contre en PS au milieu de l’année grosse crise, elle ne voulait plus y aller, et comme j’étais dans la même école j’avais le droit à la même crise à la fin des récré . Passage très difficile pour nous 2.
Bon courage à toi et ta puce pour que vous trouviez vos marques et j’espère que très vite elle prendra gout à l’école et te laissera avec un sourire.
Bonne semaine!

Reply

N'hésitez pas à me laisser un petit mot ? Que pensez-vous de cet article ?

error: Ce contenu est protégé, copie interdite
%d blogueurs aiment cette page :